Yolk Records

Yolk Records Menu Recherche

nouveautés

Qui sommes-nous

YOLK est un label de jazz fondé par 3 musiciens
Jean-Louis Pommier, Sébastien Boisseau et Alban Darche.

Installé à Nantes depuis 2000, le label édite le travail de nombreux artistes français, européens et américains.

Chez YOLK, les artistes sont les producteurs de leurs disques. Avec un catalogue de plus de 70 références, YOLK propose au public un aperçu de la vivacité du jazz actuel, des objets musicaux de qualité, un système d’achat vertueux au bénéfice des producteurs, et parfois des concerts inattendus !

Inscrivez-vous !

Recevez les infos sur les dernières sorties.
Pas de panique, il ne s'agit pas d'un matraquage commercial !
Abonnez-vous et nous resterons sobrement en contact pour vous informer de nos dernières créations.

S'abonner

NEWS

VICTOIRES DU JAZZ : YOLK, Label de l'année

VICTOIRES DU JAZZ : YOLK, Label de l'année

Mercredi 16 octobre 2019, au Casino de Paris, Yolk s’est vu remettre la Victoire du Jazz du label de l’année. Cette récompense, l’équipe de Yolk la reçoit comme un bel encouragement à poursuivre sa route.

Sortie d’un disque (33 tours) et d’une revue :

Sortie d’un disque (33 tours) et d’une revue :

« Aux ronds-points des Allumés du Jazz ». 

YOLK en ORBIT sur TELERAMA !

YOLK en ORBIT sur TELERAMA !

Il aura fallu 20 ans ! et voici le premier disque Yolk chroniqué dans le magazine Télérama.

Et voici notre nouveau site !

Et voici notre nouveau site !

Le site Yolk fait peau neuve. La peinture est encore fraîche, mais l'essentiel est là.

Infant eyes

Quelle sorte de lumière fait briller les yeux de l'enfant que nous sommes restés ?

Nous avons demandé à des artistes présents sur le label Yolk de choisir et de partager une archive vidéo qui les a marqué. Une rubrique en forme d'hommage au saxophoniste Wayne Shorter (Miles Davis, Weather Report...) qui composa le titre "Infant Eyes" pour l'album Speak No Evil (Blue Note, 1964)

  • Le choix de Sébastien Boisseau : Jeanne Lee et Ran Blake, en 1963

    "Ce qui me saute aux yeux, c'est l'époque de la non mise en scène ("there is so much to tell..."). Ce qui me saute aux oreilles c'est la complicité, la connexion, l'originalité de cet équilibre entre des sentiments graves et sereins. Une musique d'une beauté simple et profonde qui traverse le temps, des images d'une télé nationale qui capte et diffuse le faussement simple et le vraiment profond ..."
  • Le choix de Jean-Louis Pommier : Miles Davis Quintet, en 1969

  • Le choix de Jozef Dumoulin : Sting, Bring on the night, Live in Paris 1986

    "À 15 ans j'étais fan de The Police. Un jour un copain à l'école m'a passé une cassette de 'Bring On The Night' un double live de Sting avec un groupe d'excellents musiciens de jazz (à peu près le groupe de Miles Davis de l'époque). Le premier morceau termine par un long solo de piano de Kenny Kirkland; du hard-bop très funky sur un enchainement de 3 accords bien poppy. Seulement je ne savais pas tout ça quand j'ai mis la cassette en rentrant de l'école. Je me rappelle très bien de ce moment, quoique l'expérience est impossible à traduire en mots. En gros c'était la première fois que j'écoutais consciemment un solo de jazz, un solo magnifique et très puissant, et ça m'a fait un effet explosif. Je n'étais plus dans la petite chambre devant les petits haut-parleurs, j'étais très très loin et ça m'a rempli d'une joie que je ressens toujours quand j'écoute le morceau en question. Merci à Kenny Kirkland et à tous les Kenny's Kirkland que j'ai pu écouter!"