Disque ajouté à votre panier.

< Continuer mes achats > Voir mon panier

 

DES MUSICIENS QUI INVENTENT
C'est par nos côtes que le jazz est arrivé en France nous apprennent Jean Neveu et Philippe Hervouët ("le Jazz à Nantes de 1918 à nos jours" ed. Broché). Jim Europe et son orchestre ont semé sur leur passage les graines d'un art voué à devenir l'un des carrefours entre musiques populaires et musiques savantes. Depuis, Nantes n'a cessé de récolter les fruits nombreux et variés de plusieurs générations de musiciens. Des artistes bâtisseurs et fédérateurs. Grâce à eux, dans les années 90, le Ligérian Jazz Kollectif fût l'un des acteurs de la naissance du Pannonica, des départements jazz ont vu le jour aux conservatoires de Nantes, St Nazaire, La Roche/Yon, Angers. A l'horizon 2000, c'était la naissance de Yolk qui réunit aujourd'hui plus de 150 musiciens musiciens autour de 55 références. Rue de Bitche, c'est Cable# qui organise des soirées où des musiciens venant du monde entier expérimentent et travaillent l'improvisation loin des standards. En 2010 Le trio d'Olivier Thémines et le sextet de Guillaume Hazebrouck présentent chez Yolk deux albums d'une finesse remarquables en guise de présentation de la Cie Frasques désormais installée à la fabrique Dervallières, là dans le bureau d'à côté!

 

1NAME4ACREW
Et voilà que le vivier nantais fait encore parler de lui. En janvier dernier Sidony Box sort son premier album chez Yolk. Depuis, le "power jazz trio" enchaîne les concerts et sort même le deuxième disque en moins de 6 mois (pink paradise chez naïve), un record! Aujourd'hui c'est Western trio qui débarque chez Yolk. Avec eux c'est un pan de 1NAME4ACREW que nous accueillons. Avec eux, c'est une pierre plus que les musiciens ajoutent à l'édifice du jazz à Nantes.

Créé en 2008 à l'initiative de Manuel Adnot et Fabrice L'houtellier, ce collectif d'artistes réunit à ce jour huit membres et tout autant de formations. En plus de Sidony Box et Western trio il faut citer Aeris, Gloss, Ekko. Une nouvelle génération, et un jazz qui balance entre musiques improvisées, métal, rock et électro. L'ombre de Marc Ducret ne plane pas loin tandis qu'Erik Truffaz est invité aux côtés du chanteur Federico Pellegrini sur le disque de Western trio.

Les équipiers de Fabrice et Manuel s'appellent Arthur Narcy, Elie Dalibert, David Morand, Jean-Jacques Becam, Jeremie Ramsak et Laurent Hilairet. Ils ont le feu de la jeunesse donc pas question de rester les bras croisés. Le secteur n'est pas au beau fixe, alors il faut créer sa place, se faire un nom et résister en créant ses propres outils. Ils se sont fixés pour objectif la mutualisation de compétences dans les domaines suivants : diffusion, production de concerts, réalisation de support de communication, production discographique, création artistique, actions culturelles, enseignement... Leur ouvrir les portes du label nous a paru important voire évident.

 

WESTERN TRIO
Ces trois là ont de l'énergie, ça oui. Bien rock quand il faut, son à fond, ça tape et ça envoie. Une énergie qui s'allie avec finesse à la mesure du jazz et qui exulte avec jubilation dans l'improvisation, jusqu'au chaos sonore libérateur... Western Trio a de l'énergie au cube, celle de trois musiciens - guitare, batterie, clavier, qui libèrent un son raisonnant, distordu, brut, hypnotique, électrique ou acoustique. Trois garçons inspirés qui convoquent dans leurs jeux Miles Davis, Radiohead, Led Zep, Steve Coleman ou encore Marc Ribot. Western. Trois gars, un trio en somme, en plein trip road-movie, partis à l'ouest de nulle part pour explorer les frontières d'un rock effréné et d'un jazz désarticulé.


© jérôme blin

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Extrait de l'interview parue dans le magazine Tohu Bohu (Nantes-mai 2011) présentant le 1er opus de Western trio : A l'ouest de nulle part. « Western trio, une chevauchée fantastique » par Cécile Arnoux …

Comment vous voyez la fusion entre le rock et le jazz telle que vous la jouez ?
Jean-Jacques (guitare) : Nous jouons une musique instrumentale qui puise dans le rock et le jazz, mais on ne veut pas tomber dans l'écueil de faire du jazz-rock. On se défend de ça, cette musique intéressante au début a subit des pressions de producteurs qui ont mis l'accent sur des productions aseptisées. On se définit rock'n'jazz, c'est le son d'abord, son côté brut, le son qui guide l'improvisation et non la virtuosité.

Fabrice (batterie) : Pour moi, c'est vraiment le son, on se rapproche plus de productions de groupes de rock des années 90 sur la recherche acoustique. Je me suis inspiré de l'acoustique d'Happy Apple ou The Bad Plus, avec un son bien gras, bien profond...

Avez-vous (sans prétention bien sur) le sentiment de faire une musique qui n'existe pas ?
Fabrice : Je pense qu'on a une petite personnalité. Pour ma part, je joue des tempos lents, des tempos épileptiques, je vais à fond de cale, c'est très carré, breaké et précis. Mais de là à que c'est nouveau, je ne pense pas. Les retours assez positifs qu'on nous fait ne parlent pas d'individualités, mais d'un groupe et d'un son de groupe...

Pouvez-vous nous parler des invités sur l'album : le trompettiste Erik Truffaz et le chanteur Federico Pellegrini (The french cowboys)
Jean-Jacques : Nous avons rencontré Erik au festival de Jazz Soleils Bleus (Saint-Herblain). Belle rencontre humaine et artistique. On a travaillé avec lui en résidence afin de préparer un programme ensemble pour ce festival autour des compositions de Western. Erik s'est immiscé dans la musique, et a porté un regard extérieur. Il a affiné le son et les arrangements, et il a une vision très pop des choses et nous a encouragé à aller un peu dans cette direction.

Fabrice : C'est un type qui vit la musique dans l'instant, et qui a énormément d'idées. Ses choix sont efficaces. Jean-Jacques : Pour Federico (French Cowboy), j'ai eu l'idée de le solliciter suite à une pièce de théâtre que j'ai vu l'année dernière et dans laquelle il jouait la musique avec sa guitare, son micro CB et ses bidouilles de pédales. J'avais trouvé ça super... Je lui ai demandé d'écrire un texte qui illustrerait l'ambiance musicale d'une composition du groupe et qui serait déclamé en spoken words. Il a eu l'idée par la suite de conclure le morceau par un refrain chanté dans esprit pop.

Des envies de grands espaces dans votre musique ?
Jean-Jacques : Oui, je pense. Je suis fan de Jim Jarmusch, David Lynch, ces ambiances cinématographiques et j'essaie de les retranscrire un peu dans notre musique. J'aime bien l'idée d'espace musical, l'équilibre qu'on a pu trouver entre le côté live et la production. L'album porte bien son nom, et puis Jérôme Blin du collectif de photographe Bellavieza nous a proposé de prendre des photos à la mine d'Abbaretz. Je trouve que ça colle vraiment avec notre couleur...

 



© lpt3
www.yolkrecords.com
2010-2017 Tous contenus © YOLK, Tous droits réservés | Mentions légales
YOLK, La Fabrique Dervallières, 19 rue Jean-Marc Nattier, 44100 Nantes | +33 (0)9 72 54 68 97